Michaël Cailloux dans Le Figaro Magazine

Michaël Cailloux dans Le Figaro Magazine
2 mai 2016 Nicolas
Article de Laurence Haloche, pour Le Figaro Magazine numéros 22307 et 22308 des 29 et 30 avril 2016.

Tendance

Parures murales

Et si les murs s’ornaient de bijoux comme au cou des femmes battent sautoirs, pendentifs et breloques ? L’idée n’est pas nouvelle. A la fin des années 90, l’artiste Jean-Michel Othoniel perlait déjà d’énormes colliers en verre de Murano les bambous du jardin de la villa Médicis. Depuis, designers, créateurs, artisans d’art ont travaillé le verre (Corinne Van Havre), mais aussi le papier (Isa Papasian), le textile (Isabelle Léourier), le cuivre (Ziane Forest) pour concevoir des parures murales appréciées notamment des amateurs de cabinets de curiosités. Après avoir fondé avec succès sa société de décoration, Michaël Cailloux n’a pas hésité à changer de voie pour se spécialiser, en 2009, dans ces joyaux de cimaises qui s’exposent comme un tableau ou une sculpture. « Tout a commencé par une visite à la galerie des bijoux, au musée des arts décoratifs. Ces colliers, ces accessoires alignés sur tous les murs, c’était superbe ! J’ai eu alors envie d’imaginer mes propres parures, de revenir à un travail à la main, sans concession commerciale, qui associerait deux techniques d’artisanat d’art : le bijou et la gravure à l’eau-forte. » Un mariage inédit qui nécessite créativité mais aussi patience, dextérité, maîtrise. Plusieurs étapes s’enchainent : le dessin, la composition sur ordinateur, l’impression, la découpe, la gravure à l’eau-forte, la patine, la mise en volume par repoussage et ciselage… Chaque ouvrage, unique, impressionne par la finesse des découpes, par l’illusion qu’il donne de ressusciter les merveilles d’un temps révolu où s’exprimait le talent de René Lalique et Georges Fouquet. Amateur de natures mortes du XVIème siècle, et d’Art nouveau, Michaël Cailloux, diplômé de l’école Duperré, a pour signature les mouches et autres insectes qu’il détourne avec humour pour les coller au mur mais avec des attentions d’entomologiste. Ici, une ronde de mouches qui fait le buzz ; là, une libellule (photo, 2000 euros) qui signe le style d’un artiste dont les trésors ailés sont pour nos intérieurs des compagnons de rêverie qui font mouche.

                                                                                          Laurence Haloche

Atelier Michaël Cailloux (06.62.22.98.41 ;michaelcailloux.com). Expositions : jusqu’au 28 mai à la galerie Iki, 18, rue du pont Louis-Philippe, Paris IV. Et du 17 au 29 mai à la Galerie Christian Collin, 11, rue Rameau, Paris IIème.

Figaro-magazine-michael-cailloux